Sfcd > Dossiers > Le coin des orthodontistes > Les grandes modifications

Les grandes modifications

01.10.2005

Quelles sont en orthodontie les grandes modifications si on parle du passé, du présent et du futur ?


ll y a 4 grands changements :

1° L’âge et les catégories de nos patients

Même si la majorité de nos patients restent des enfants et des adolescents, nous avons tendance à soigner de plus en plus d’autres patients plus âgés. On n’a plus le patient idéal jeune, en cours de croissance etc…mais on va vers un but idéal.

2° Le rôle de l’orthodontiste

L’orthodontiste quitte son isolement pour travailler en équipe (omnipraticien, prothésiste, chirurgien, implantologue…..) condition indispensable pour le traitement esthétique du patient.

3° Le diagnostic et le plan de traitement

Le simple examen des modèles en plâtre est dépassé par l’évaluation des tissus mous et de l’esthétique. L’apparence dentaire devient de plus en plus importante du point de vue vertical (importance d’une incisive plus longue que l’autre), transversal (importance du torque par exemple), etc…

Une gingivectomie est-elle nécessaire ? une freinectomie ? un modelage des bords incisifs ?

Il faut repérer la position idéale du rebord de l’incisive centrale par rapport à la lèvre. Ce que l’on voit des dents lors de la parole est encore plus important que lors du sourire. Une personne jeune montre ses dents supérieures au repos et lors du sourire ; une personne âgée montre ses dents inférieures car la lèvre supérieure tombe avec l’âge.

Il faut donc qu’en fin de traitement, on voit les incisives supérieures au repos, lors du sourire et de la parole. Doit on arrêter d’ingresser les incisives supérieures ? non mais dans certaines conditions.

Comment obtenir la plénitude d’un sourire avec des extractions de prémolaires ?

Il y a un coin noir dans le sourire, des corridors vestibulaires noirs ce qui peut être évité par un torque gingival adapté.

4. L’orthodontiste peut aussi intervenir sur les tissus mous et durs (par exemple dans les maladies parodontales)

Dans le plan vertical, on peut égresser des dents à problème pour faire remonter l’os : c’est l’extraction orthodontique. On pourra ensuite poser des implants.

C’est la même chose sur le plan horizontal, s’il n’y a pas assez d’os à un endroit , on peut déplacer la dent pour mettre ensuite un implant dans un site où la quantité d’os est suffisante.

Autre façon pour l’orthodontiste d’ intervenir sur les tissus : les transplantations. On peut déplacer le germe d’une dent, et donc induire la formation osseuse. La régénération osseuse se fait avec la transplantation (exemple : transplanter quand l’anatomie s’y prête : une prémolaire tournée à 90° pour remplacer une incisive centrale, en mettant ensuite une facette en céramique pour rétablir l'esthétique).

Quelles sont donc les applications et les implications ?

Il y a une modification importante dans l’ âge de nos patients. Il n’y a plus de limites. On peut traiter même à 80 ans !
Le rôle de l’orthodontiste a changé : ce n’est plus une personne qui fait les traitements mais une équipe.
Il y a des changements dans le diagnostic et le plan de traitement : l’esthétique est très importante, il faut que les incisives supérieures se voient en fin de traitement.
L’orthodontiste peut intervenir sur les tissus. On peut faire beaucoup de choses d’un point de vue biologique sans avoir recours à la chirurgie.


Ecouté au congrès mondial d’orthodontie à Paris en Septembre 2005

Conférence du Dr Bjorn Zachrisson (orthodontiste à Oslo)