Sfcd > Actualités > Une femme à la présidence de la CNSD

Une femme à la présidence de la CNSD

11.06.2012 par Evelyne Peyrouty

Catherine Mojaïsky est devenue le 18 mai la première femme à occuper le poste de présidente de la CNSD.

Jusqu'alors Secrétaire générale de la Confédération, cette praticienne qui exerce à Melun (Seine et Marne 77) a déjà un long parcours de syndicalisme à son actif.
Le SFCD lui souhaite un mandat épanouissant et productif. Puisse-t-elle faire avancer les choses plus efficacement et plus rapidement que ses prédécesseurs.

Nous ne pouvons que nous réjouir de l'élection de notre consœur et ex adhérente de notre syndicat à la tête de la confédération nationale des syndicats dentaire. Une présidente et une vice présidente, une trésorière adjointe.

Nous leur adressons nos plus vives félicitations et leur souhaitons bonne chance.
Le ton donné par le nouveau gouvernement en matière de parité semble se dessiner durablement, en tout cas nous l'espérons vivement.
Car, la vitrine cache la réalité, nous le savons toutes....L'existence de notre syndicat sera remise en cause par nous toutes le jour où il sera parfaitement acquis dans les esprit que la maternité loin d'être un handicap à l'exercice de notre profession se conjugue avec exercice en libéral.
Le jour où,  ce temps de travail choisi aujourd'hui par les confrères et consoeurs, le sera en parfait respect du partage du temps parental, familial et professionnel.

Lorsqu'il sera acquis que notre compétence équivaut celle des hommes à diplôme égal. Enfin, même si cette égalité de salaire ne nous concerne pas en libéral, elle concerne nos salariées et les consoeurs salariées des services publics,  hôpitaux, dispensaires.

Enfin, notre rôle de syndicaliste est d'alerter des dérives ( ex : caisse de retraite, signature de la nouvelle convention dans la précipitation ) et de pointer les problèmes qui se posent à nous et de proposer des solutions.
Faut-il que l'on consente à nous écouter !!!!! A nous reconnaître le droit d'exister et à cesser de nous considérer « comme des nanas en tenues de soirée ». Ce n'est pas un confrère qui nous a fait cette remarque mais une consoeur, à croire que pour être crédible, le tailleur pantalon est de rigueur avec le ton solennel et grave auquel le préjugé accorde à ce type de tenue vestimentaire....Nous avons du chemin à faire dans nos têtes !!!

Originalité aussi que de se polariser constamment sur ces patients CMU ? Et dont la majeure partie sont des femmes seules, en désarroi, en charge de famille.
Le problème n'est pas là, traitons nous des personnes ou bien des tiroirs caisse ? Notre système hybride peut fonctionner si tout le monde a la volonté de s'en donner les moyens.
La convention ne satisfait plus, nous sommes là pour dire qu'un dialogue différent doit naître.... Pour en finir avec le syndicalisme de convenance ou d'affrontement direct, nous sommes là pour montrer que l'intelligence collective peut apporter des solutions.