Sfcd > Le syndicat > Présentation > Histoire & acquis

Histoire & acquis

Pour la petite histoire

                                                                                                                                       
1935 : Création du SFCD , le contexte
1940 - 1945 : les années de guerre
1945 : l’après guerre et la restructuration du syndicat


Le Syndicat des Femmes Chirurgiens Dentistes a été créé en 1935 par un groupe de femmes ayant une volonté très ferme de se prendre en charge, ce qui n’était pas encore à ce moment là le lot commun des femmes .

Leur but était de créer un centre d’action chargé de veiller aux intérêts généraux de la profession, de proposer et faire adopter toute mesure pouvant être utile à l’Art Dentaire , d’établir une représentation officielle ,  d’entretenir des relations avec les organisations de France et des pays étrangers. Tout ceci traduisait chez ces femmes une vision globale des problèmes relatifs à l’exercice de notre profession et une ouverture d’esprit vers d’autres.

Depuis, et chaque fois que nécessaire, il a fait entendre sa voix pour relayer, directement et sans intermédiaire, nos besoins spécifiques auprès des autorités compétentes, et faire avancer nos demandes rapidement. En cela, il se veut complémentaire des autres organisations syndicales professionnelles. L’implication des cadres du SFCD est fondée sur le bénévolat avec une volonté évidente puisque ce sont des femmes et des chirurgiens dentistes.

Son rôle est de défendre l’exercice féminin ; mais aussi de travailler les dossiers communs à toute la profession en apportant une autre vision et en ayant une approche différente des problèmes courants et quotidiens des chirurgiens dentistes hommes ou femmes. Dans les débats engageant la profession, le SFCD est, au sein d’organisations professionnelles, la garantie pour toutes les femmes chirurgiens dentistes quelque soit leur mode d’exercice de se faire entendre.


LES ACQUIS

Les acquis, d'un coup d'oeil, cliquer ici


Trois victoires ont été portées au crédit du SFCD dans les années 1950 pour obtenir

l’égalité des droits entre hommes et femmes exerçant notre profession.

 
 
 
 
 
1. obtention de l’égalité de statut entre l’orphelin de mère chirurgien dentiste et celui de père chirurgien dentiste : acquis obtenu par Marthe Coudron sous la présidence de Melle Lamy puis de M. Beraldi combat pour protéger l’orphelin de mère Chirurgien Dentiste, qui, inexplicablement, ne bénéficiait pas du même statut que celui du père Chirurgien Dentiste, alors que les cotisations étaient identiques pour tous les praticiens, hommes ou femmes.

2. obtention d’une double pension pour l’orphelin d’un couple de chirurgiens dentistes : acquis obtenu par Marthe Coudron sous la Présidence de Melle Lamy puis de M. Beraldi combat pour que ce même orphelin, s’il se trouvait né d’un couple de confrères, puisse obtenir les pensions de l’un et de l’autre des ses parents.

3. obtention des droits de pension de réversion pour les conjoints de femmes chirurgiens dentistes, identiques à ceux des épouses de nos confrères : acquis obtenu par Marthe Coudron sous la Présidence de Melle Lamy puis de M. Beraldi ce qui aussi inexplicablement n’avait pas été prévu.
 


1984  : Anticipation du départ à la retraite

Les femmes chirurgiens dentistes peuvent anticiper leur départ à la retraite entre 60 et 65 ans à raison d’une année par enfant élevé pendant au moins neuf ans, avant son seizième anniversaire, à leur charge effective ou à celle de leur conjoint, et sans qu’il soit fait application des taux de minoration prévus au premier alinéa de l’article 15.
La conduite de ce dossier exigea une volonté inflexible et beaucoup de ténacité.



1994  : Dissociation du statut "professionnelles libérales" de celui de "conjointes de professionnels libéraux"


Le préalable législatif a été absolument indispensable pour mener à bien l’amélioration de la couverture maternité des femmes exerçant à titre personnel une profession libérale.

En effet, nous étions depuis la loi de 1982 assimilées aux conjointes pour les prestations maternité alors que les charges et les contraintes ne sont pas du tout les mêmes.
Nous cotisons personnellement à l’ URSSAF, payons une taxe professionnelle, remboursons nos emprunts, etc... et quand nous cessons notre activité, l’activité de notre cabinet s’arrête.

Il nous a fallu lancer une campagne de sensibilisation des députés et alerter Mme Simone Veil pour que ce texte passe au printemps 1994.


1995  : Succès du dossier maternité pour les 60 ans du Syndicat

Amélioration de la couverture maternité pour les femmes de profession indépendante : reconnaissance du droit au repos maternel (instauration de l’indemnité journalière forfaitaire de cessation d’activité) et doublement du montant des prestations maternité (3942 euros, soit 25.860 F pour 2 mois d’interruption d’activité professionnelle).

L’amélioration de la Couverture Maternité et Adoption des Femmes Travailleuses Indépendantes est le résultat du travail mené dès 1984 par le SFCD au sein de l’UNAPL et concrétisé en 1995 par une équipe de femmes, avec à sa tête la Secrétaire Générale du SFCD, Nathalie Leuger-Ferrand. A son terme, toutes les femmes des professions libérales ont pu obtenir des prestations qui prennent en compte leur spécificité.

Elle répond à un triple objectif :
- de santé publique et de protection maternelle et infantile, en donnant aux femmes les moyens d’arrêter leur activité et de se reposer pendant un laps de temps décent,
-d’équité entre les femmes exerçant une activité salariée et celles exerçant une activité non salariée, tout en tenant compte des spécificités et des contraintes de l’activité indépendante,
- de politique familiale, afin de mieux concilier vie familiale et vie professionnelle.

Elle concerne aujourd’hui plus de 600.000 femmes exerçant des professions indépendantes et 10.000 d’entre elles bénéficient chaque année de ces mesures.

 
Cette amélioration vous permet de percevoir de la part de votre CPAM :
- prestations en nature : prise en charge des soins liés à la grossesse et à l’accouchement
- prestations en espèces : ces prestations ont pour but d’éviter le risque d’accouchement prématuré en vous incitant à interrompre votre activité avant le terme prévu. Ainsi vous pouvez prétendre à :

1. Allocation de repos maternel
Pour vous inciter à ralentir votre activité avant l’accouchement.
Elle compense la perte de gains résultant de la cessation de votre activité.
Il s’agit d’une allocation forfaitaire, versée en deux parties : à la fin du 7ème mois de grossesse et après l’accouchement.

2. Indemnités journalières forfaitaires d’interruption d’activité.
Pour vous inciter à vous reposer et prendre du temps avec votre bébé, grâce à une cessation totale d’activité.
 

En 2000, le SFCD organise un forum mondial des femmes chirurgiens dentistes au cours du congrès ADF/FDI. Des consoeurs des différentes régions du monde ont exposé leur exercice avec leur spécificités.


En 2004, le SFCD a réalisé un travail sur la prévention intitulé : Prévention Bucco-Dentaire en France.

Parmi nos propositions, nous préconisions pour la prévention bucco-dentaire chez l’enfant "  un examen de Prévention obligatoire, pris en charge à 100% pour l’entrée en CP et en 6ème. "

Michel Yahiel avait retenu cette proposition dans son rapport : c’est l’examen des 6,12 ans officialisé par l’article 34 de la loi de financement de la Sécurité sociale 2001.
Le SFCD s’est mobilisé fortement pour que cet examen n’ait pas lieu en milieu scolaire mais au cabinet dentaire.

Depuis 2010 tout est consigné sur ce site 

Découvrez toutes les rubriques pour suivre l'actualité