Sfcd > Actualités > Les réseaux de soins, pas d’angélisme béat de la part de nos politiques

Les réseaux de soins, pas d’angélisme béat de la part de nos politiques

24.07.2013 par SFCD

Les réseaux de soins ... pas "d’angélisme béat" de la part de nos politiques ?

Et pourtant,
aujourd’hui, déjà, il est possible de soigner pour moins cher, à condition de « connaître les bons plans » ! Mais surtout à condition que le professionnel de santé méprise certains articles de son code de déontologie.

Et pourtant,
aujourd’hui, déjà, les assureurs complémentaires, s’arrogent le droit de choisir le praticien, d’évaluer et de juger les soins médicaux et d’établir un diagnostic en choisissant le traitement ! et ce en toute légalité puisque le fonctionnement des réseaux repose sur un vide juridique.

Alors, oui, le texte voté aujourd’hui « va directement changer le quotidien de nos concitoyens » !

Le vide juridique est comblé : ces prérogatives sont aujourd’hui actées. Les assureurs privés, les institutions de prévoyance et les mutuelles ont désormais les mêmes prérogatives. L’objectif du gouvernement d’assurer l’égalité entre ces 3 familles est atteint.

Les remboursement différenciés sont désormais autorisés lorsque l'assuré choisit de recourir à un professionnel de santé, un établissement de santé ou un service de santé avec lequel les mutuelles, unions ou fédérations ont conclu une convention dans les conditions mentionnées à l'article L. 863-8 du code de la sécurité sociale.

Le SFCD est consterné par la décision des sénateurs de ce mercredi 24 juillet 2013, extrêmement pessimiste sur le devenir de la profession et inquiet quant à l’accès aux soin de la population.

Le Bureau