Sfcd > Dossiers > Le coin des orthodontistes > Orthodontie-préprothétique : bilan et perspectives

Orthodontie-préprothétique : bilan et perspectives

01.02.2008

Les traitements orthodontiques pré-prothétiques, limités parfois à un secteur dentaire, ne sont pas toujours synonymes de facilité. L’orthodontie pré-prothétique a fait place à une orthodontie pré-implantaire, ce qui a rendu possible des traitements irréalisables il y a encore quelques années.

L’orthodontie pré-prothétique a pour objectif :

- de faciliter la mise en place de la future prothèse par un alignement et un espacement appropriés des dents,
- de corriger la migration pathologique des dents en présence d’édentation,
- d’améliorer les conditions parodontales,
- d’éliminer les zones d’accumulation de plaque,
- d’optimiser la fonction occlusale et l’esthétique,
- de contribuer ainsi à la longévité du système dentaire.

Les traitements pré-prothétiques s’adressent essentiellement aux adultes, plus rarement aux enfants dans le cas de réouverture d’espace après la perte traumatique ou l’agénésie d’une dent .

Ces traitements pré- prothétique s’intègrent dans une vision thérapeutique globale pluridisciplinaire.

Les principales indications sont :

- ouverture ou fermeture de diastèmes,
- alignement du secteur incisivo-canin avant la pose d’une prothèse,
- égression radiculaire forcée dans le cas de fracture ou de carie profonde,
- redressement de l’axe molaire,
- mésialisation et distalisation : mouvement de gression dans des régions édentées afin de mieux répartir les charges occlusales ; cette solution est moins utilisée en raison de l’utilisation croissante d’implants.

Les traitements orthodontiques de l’adulte doivent tenir compte des modifications biologiques liées au vieillissement. Une préparation initiale précédent ce traitement orthodontique est donc souvent nécessaire, et concerne l’élimination de toute inflammation parodontale, des troubles occlusaux éventuels ou des lésions endodontiques. En outre, toute dent devra être reconstituée afin de faciliter le traitement orthodontique.

La préoccupation esthétique de nos patients nous conduit à utiliser des appareils plus discrets : attaches céramiques, technique linguale... Ces dispositifs peuvent être fixés sur l’ensemble de l’arcade ou limités à un secteur.

Tous les mouvements dentaires sont possibles (version, égression, rotation, translation ingression par ordre croissant de difficulté). La contention post-orthodontique est indispensable, souvent assurée par la prothèse provisoire et définitive, ou par une attelle coulée.

La gestion du temps est déterminante à ce stade du traitement : il est important de coordonner avec l’omnipraticien la dépose de l’appareil orthodontique et la réalisation de la prothèse provisoire, la récidive intervenant dès les premières heures après la dépose.

La collaboration entre l’implantologiste et l’orthodontiste est de plus en plus étroite, la pose de l’implant pouvant intervenir avant (implants ostéo-intégrés en cas d’ancrage insuffisant) , pendant (toujours en cas d’ancrage insuffisant) ou après le traitement orthodontique (en alternative à la prothèse).

L’orthodontie de l’adulte a été décrite comme l’art de faire le plus en déplaçant le moins.
Cette préparation orthodontique ne doit pas être perçue comme un degré de complexité supplémentaire mais comme moyen de simplification et de stabilité du traitement.